J'assume mon afro ...

Voici le premier article de la série "J'assume ". Je vous dévoile mon histoire, mon déclic, et ma vision aujourd'hui par rapport à mes cheveux. 

Quand je suis née, ce qui a surpris mes parents, c'est la masse de cheveux que j'avais. Ils n'avaient jamais vu un nouveau-né avec autant de cheveux. A ce moment-là, mes cheveux étaient lisses, mais très vite, mes origines marocaines ont pris le dessus. La raideur a cédé sa place à ma bouclette légendaire.

Il était désormais impossible de me laver les cheveux avec seulement du shampoing ... c'était parti pour l’enchaînement : shampoing, après shampoing, spray démêlant et démêlage. Même très jeune, tu comprends vite que tu n'as pas la même chance que tes amies aux cheveux lisses qui ont juste besoin d'une brosse à poils doux pour les coiffer.

Néanmoins, je n'ai jamais envié ces filles aux cheveux lisses. Bien évidemment, j'aurais préféré mettre moins de temps à me démêler les cheveux et à les coiffer, mais je ne voulais pas les avoir lisses. Pour tout vous dire, j'ai dû me lisser les cheveux seulement 5 fois dans ma vie. En réalité le problème, ce n'était pas mes cheveux mais le manque de confiance en moi qui me poussait à ne pas les assumer.

Certes, petite, j'ai appris à les attacher de multiples manières pour ne pas être distraite par une bouclette rebelle pendant la classe. Puis, cela est devenu une habitude, jusqu'à une technique de défense pour rester la plus discrète possible et ne pas trop sortir du lot. En effet, mes cheveux, une fois secs, faisaient trois fois ma tête sans exagérer. Le monde du collège n'étant réellement pas tendre, j'ai préféré les cacher pour éviter de subir des moqueries. 


Bizarrement, à cette période, les gens étaient tous très curieux et voulaient voir mes cheveux au naturel. Les rares fois où je l'ai fait, j'ai reçu énormément de compliments, mais ... j'étais méfiante et les attacher était devenu normal.

J'ai repris confiance au lycée, et je me permettais de temps en temps de les détacher. J'essayais de le faire une fois par semaine, mais seulement après les avoir bien lavés le matin et, fais les soins nécessaires, ce qui m'amenait à me lever une heure plus tôt. #sotired

La fac fût pour moi une révélation capillaire. Loin de chez moi, loin des peurs que j'ai laissé à La Rochelle, j'ai décidé d'inverser la tendance. Au début, j'attachais majoritairement mes cheveux puis petit à petit, je me suis risquée à ne plus le faire. Je me suis autorisée à sortir sans qu'ils soient parfaitement bouclés, j'ai arrêté de me lever une heure plus tôt pour les laver ... Clairement, j'ai commencé à apprécier de les avoir détachés et enfin libres, sans toutes les anciennes contraintes que je m'infligeais auparavant. 

Mon déclic ? 

 En arrivant à Paris, j'ai vite compris que ma plus grande force serait de sortir du lot et non plus d'être la plus « normale » possible. Sache que tes cheveux naturels te donnent un charme fou et marquent ton identité. En assumant mes cheveux, j'assumais enfin qui j'étais. Je me suis dit que je pouvais être belle en étant totalement moi-même, ce n'était pas réservé aux autres ! En effet, tes cheveux te rendent unique car eux-mêmes le sont. Chacun a une texture différente, un volume différent, une couleur différente. Je ne voulais pas « fuir » en les colorant ou en changeant de coupe, car je savais que cela n'aurait pas résolu mon complexe. Il fallait que j'assume définitivement mon afro pour me sentir authentique et épanouie. A partir de ce moment, j'ai commencé à en prendre plus soin, à acheter des produits plus adaptés et à surtout les laisser évoluer à leur rythme, car en fonction des périodes, ils deviennent plus ou moins souples, plus ou moins fragiles, et changent même littéralement de frisure.

Aujourd'hui, je sens enfin mes cheveux en bonne santé, et plus comprimés et ternes à cause du chignon quotidien. J'ai compris que mes cheveux me rendaient belle et faisaient de moi une personne de caractère pour avoir osé les assumer. Si toi aussi, tu n'assumes pas tes cheveux, il faut que tu te dises qu'ils t'apportent cette touche unique et de ce fait une réelle force à exploiter. Ne fais pas attention aux cheveux des autres femmes, et encore moins aux remarques qu'on peut te faire. Tu auras toujours des critiques, tu ne peux pas plaire à tout le monde. L'important c'est que cela te plaise tout bonnement. D'ailleurs, c'est la même technique pour tous tes complexes. Change-les en force. C'est simple à dire mais je vais t'aider à tous les assumer avec le temps.

PS : Si tu aimes ce concept, sache que je reviens très vite avec un autre complexe que j'ai réussi à surmonter et qui m'apporte aujourd'hui beaucoup de fierté ... alors reste connecté(e) ... 

Mes coups de coeur

Pull à paillettes 

8,99 euros en soldes, Etam

Faux cils Samantha 
HUDA BEAUTY 

17,95 euros, Sephora